Cold cases,  Crimes,  USA

Ylenia Carrisi, le rêve américain brisé

Ylenia Carrisi est une jeune femme italienne de 23 ans qui a disparu le 6 janvier 1994 à la Nouvelle-Orléans, une semaine après son arrivée dans la ville. Depuis près de trente ans , les autorités italiennes et américaines demeurent dans l’impasse. Fugue, mauvaise rencontre, intervention d’un tueur en série, les hypothèses sont nombreuses.

Ylenia Carrisi, une jeune femme pleine de ressources

Ylenia Carrisi, fille d'Al Bano et Romina Power, a disparu a la Nouvelle Orleans en 1994

Née le 29 novembre 1970 à Rome, Ylenia Carrisi n’est pas n’importe qui. Elle est la fille du célèbre couple de chanteurs italiens Al Bano et Romina Power. Il s’agit des interprètes du tube mondial Felicità qui a fait danser la planète en 1982. Dans son enfance, Ylenia avait fait le choix de rester dans l’ombre et, a contrario de ses parents, n’avait pas de forte appétence pour le show-business et la musique. Pourtant, Ylenia Carrisi était une artiste talentueuse. Elle avait étudié la danse et le chant, et avait même sorti un album en 1990 intitulé « Ylenia ». Elle avait également joué dans un film italien en 1985, « Libera, amore mio!« .

Au-delà de cette fibre artistique favorisée par le contexte familial, Ylenia avait de fortes convictions. Ylenia Carrisi était une jeune femme engagée. Elle avait participé à des actions humanitaires en Afrique et avait créé une association pour aider les enfants malades. Elle était passionnée de spiritualité et de voyages. Elle avait notamment voyagé en Inde et en Égypte pour découvrir de nouvelles cultures et pratiquer la méditation.

Ylenia Carrisi etait tres proche de ses parents Al Bano et Romina Power

Ylenia était très proche de sa famille, en particulier de sa mère Romina Power. Les deux femmes avaient une relation fusionnelle et partageaient de nombreux moments de complicité. Indépendante et libre, elle avait décidé de partir seule aux États-Unis pour poursuivre ses études et sa carrière artistique, avec une prédilection pour l’écriture, après avoir étudié la littérature au célèbre King’s College de Londres où elle s’était distinguée par d’excellentes notes. Ce choix n’était pas le fruit du hasard. Ses grands-parents maternels étaient l’acteur américain Tyrone Power et l’actrice mexicaine Linda Christian. Ylenia avait donc des liens de coeur avec l’Oncle Sam.

Les dernières semaines d’Ylenia

Alors que ses études londoniennes touchaient à leur fin, Ylenia se mit à nourrir un projet personnel avant de poursuivre ses études aux Etats-Unis. En effet, elle souhaitait voyager loin de l’Europe avec un simple sac à dos et tenir un journal rendant compte de ses pérégrinations. Un journal appelé à devenir un livre dans ses espoirs les plus aboutis. Après avoir vendu un maximum de choses à Rome pour financer son voyage, Ylenia décida de mettre le cap sur l’Amérique du Sud.

Un batiment de la ville d'Hopkins au Belize ou Ylenia Carrisi a vecu fin 1993

Après avoir sillonné une partie du continent latin, Ylenia Carrisi décida de s’établir plus longuement au Belize, dans le village d’Hopkins, où elle appréciait particulièrement l’accueil et la gentillesse des locaux.Dans les tous derniers jours de l’année 1993, Ylenia fit le choix de rallier la Nouvelle Orléans pour les fêtes de fin d’année, une destination tout autant mythique que mystique pour la jeune italienne. Son frère Yari, bien décidé à lui faire une surprise pour Noël, la rata de peu lorsqu’il arriva à Hopkins le 27 décembre.

Ylenia connaissait déjà la mégalopole louisianaise où elle avait passé quelque temps lors d’un été précédent, passant beaucoup de temps parmi les musiciens de rue et SDF du fameux quartier français tout en reportant ses rencontres et échanges dans un journal. En cette fin décembre 1993, Ylenia porta son choix sur un modeste hôtel. Le 31 décembre, Romina Power reçut l’ultime appel de sa fille qui fut déclarée disparue le 6 janvier 1994.

Un étrange compagnon de voyage

L'avis de recherche d'Ylenia Carrisi a ete diffuse a travers les Etats-Unis

Al Bano, de son vrai nom Albano Carrisi, et Romina Power se précipitèrent à la Nouvelle Oréeans. Ses effets personnels, sac à dos, passeport, vêtements, journal, étaient toujours à l’hôtel et la jeune femme avait été vue quittant l’établissement aux alentours de 11 heures le 6 janvier. En revanche, les parents d’Ylenia découvrirent qu’un afro-américain à la barbe grise avait tenté d’utiliser les traveler’s checks de la jeune femme.

Alexander Masakela a-t-il fait du mal a Ylenia Carrisi ?

L’identité de l’homme fut rapidement établie : il s’agissait d’Alexander Masakela, un musicien de rue jamaïcain de trente ans plus âgé qu’Ylenia avec qui il partageait la chambre. Il semble que l’italienne considérait que Masakela, surnommé Pops, stimulait son intellect et qu’elle le voyait comme un gourou. Masakela fut interrogé par la police. Lors de son interrogatoire, il déclara qu’Ylenia et lui partageaient en effet une chambre mais qu’ils avaient chacun leur lit et qu’aucun rapport sexuel n’avait entaché leur amitié. A ce jour, Alexander Masakela n’a jamais été inquiété par les enquêteurs américains comme italiens car les preuves sont inexistantes.

La femme du Mississippi

Est-ce Ylenia Carrisi qu'Albert Cordova a vu dans le parc Woldenberg ?

Quelques jours plus tard, Albert Cordova, un gardien du parc Woldenberg, se manifesta auprès des autorités. Il déclara que, le 6 janvier 1994 au soir, il avait rencontré une étrange jeune femme ressemblant fortement à Ylenia Carrisi assise sur le quai bordant fleuve Mississippi. Il ajouta que, lorsqu’il demanda à la femme de quitter les lieux, elle répondit « de toute façon, ma place est dans l’eau » avant de plonger dans le fleuve et se mettre à nager vigoureusement. Cordova cria alors à la jeune femme qu’elle devait rejoindre le rivage. Cette dernière continua de nager vers le milieu du fleuve, a environ 100 mètres de la rive.

Pressé de questions par les enquêteurs, Cordova ajouta qu’à ce moment une péniche survint et provoqua de forts remous qui mirent en difficulté la nageuse qui se mit à hurler qu’on la secourt avant de disparaître dans les flots. Une photo d’Ylenia Carrisi fut montrée au garde qui fut incapable d’être affirmatif sur le fait que la femme du parc était la jeune italienne. Les gardes-côtes furent dépêchés sur place pour sonder le fleuve sur 150 kilomètres carrés, en vain.

Peu de pistes, une multitude de questions sans réponse

Les autorités italiennes apportèrent leur concours aux enquêteurs américains, dans les années qui suivirent. Malheureusement, des deux cotes de l’Atlantique, l’enquête ne donna rien si bien qu’Ylenia Carrisi fut déclarée décédée par les autorités transalpines en janvier 2013, à la demande d’Albano Carrisi. Bien qu’initialement convaincus que leur fille était retenue captive, Albano Carrisi et Romina Power ont désormais des opinions divergentes concernant la disparition de leur fille.

Romina Power est convaincue qu'Ylenia est vivante

Le père d’Ylenia s’est convaincu que la femme du parc Woldenberg était sa fille. Romina Power est quant à elle persuadée qu’Ylenia est vivante et qu’elle a changé de vie après avoir consulté plusieurs médiums. Cette douloureuse affaire a eu raison du couple qui s’est séparé en 1999. Romina Power a quitté l’Italie afin de s’établir en Arizona.

L’une des pistes les plus exploitées dans cette affaire est celle de la drogue puisque le père d’Ylenia laissa entendre qu’au moment de sa disparition sa fille aurait pu tomber dans la drogue. D’ailleurs, Alexander Masakela avait un casier judiciaire émaillé de délits liés à la vente et à la consommation de substances illicites mais aussi d’agressions sexuelles. En 2011, à la télévision, une victime italienne confia avoir été sous l’influence de Masakela qu’elle qualifia de gourou inquiétant. Cette femme ajouta qu’elle aurait pu être droguée à son insu.

En 2015, le tueur en série Keith Hunter Jesperson, également connu sous le nom de « Happy Face Killer », a affirmé qu’Ylenia était l’une de ses victimes après l’avoir reconnue sur une photo. Cependant, les autorités de Floride ont demandé un test ADN sur les restes qui, selon Jesperson, appartenaient à Ylenia et, après avoir reçu un échantillon, celles-ci ont déterminé que les restes n’appartenaient pas à Ylenia.

Aux Etats-Unis, l’enquête reste ouverte et Ylenia Carrisi figure toujours parmi les personnes disparues du fichier central américain.

Pour aller plus loin

Lire l’article en anglais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *