Afrique du Sud,  Crimes

Les méchants ne gagnent pas toujours. L’affaire Alison Botha

Les récits criminels commencent généralement par un ou plusieurs homicides avant de se focaliser sur les détails macabres pour une mise en contexte avant de mettre en scène le ou les assassin(s). Les victimes et leurs proches sont finalement vite oubliées des journalistes, auteurs et médias. Et l’issue est habituellement fatale aux protagonistes de l’affaire, victimes et criminels. Parfois, certaines victimes en réchappent mais demeurent dans l’ombre.

L’affaire Alison Botha est à l’opposé de ce genre de récits car il s’agit d’un cas de survie incroyable qui a eu lieu en Afrique du Sud en 1994.

Une belle journée en bonne compagnie qui va s’achever d’une manière dramatique

En 1994, Alison Botha vécu une soirée de cauchemar

Le 18 décembre 1994, Alison Botha, 27 ans, passe la majeure partie de la journée à profiter du soleil avec des amis sur une plage de sa ville natale de Port Arthur, en Afrique du Sud. Lorsqu’il commence à se faire tard, elle invite le groupe à rentrer dans son appartement pour passer du temps ensemble et manger un morceau.

À la fin de la soirée, certains de ses invités laissent entendre qu’il n’ont pas de moyen de locomotion pour rentrer chez eux. Comme il n’est pas prudent de se promener dans les rues après la tombée de la nuit dans l’Afrique du Sud du début des années 90, Alison décide de les raccompagner. Un acte altruiste qui lui coûtera cher quelques heures plus tard.

Lorsqu’elle rentre seule à son appartement, peu après 3 heures du matin, Alison est un peu déçue de constater que sa place de parking habituelle devant l’immeuble est occupée par un autre véhicule. Ses choix étant très limités, elle doit se contenter d’une place plus éloignée qu’elle ne le souhaite.

Alors qu’elle s’apprête à quitter son véhicule, un individu ouvre soudainement la portière côté conducteur. Avant qu’elle n’ait le temps de réagir, un homme lui met la lame d’un couteau sous la gorge et lui dit de glisser vers le siège passager et lui intime de se taire, faute de quoi il la tuera sur-le-champ.

Une double menace

Alison s’exécute dans l’espoir que l’inconnu menaçant la relâche saine et sauve si elle se plie à ses exigences. Alors qu’ils s’enfoncent dans l’obscurité, l’homme déclare qu’il s’appelle Clinton et qu’il veut simplement lui emprunter sa voiture. Il ajoute qu’il va la relâcher rapidement si elle se comporte bien. Ne s’étant jamais retrouvée dans une situation aussi dangereuse, Alison a la faiblesse de croire son ravisseur.

Lorsque l’homme qui s’est présenté sous le prénom de Clinton s’engage dans une rue secondaire avant d’arrêter la voiture. Malheureusement, ce n’est pas pour libérer Alison mais plutôt pour laisser entrer dans la voiture une présence encore plus menaçante. Elle dira plus tard que c’est en regardant dans le rétroviseur et en apercevant la silhouette sur la banquette arrière qu’elle a su qu’elle était en grave danger. Alors que le conducteur avait au moins fait l’effort de feindre la cordialité jusqu’à l’arrivée du troisième passager, son complice la toise comme un prédateur le ferait avec sa proie.

Une fin de soirée épouvantable qui va marquer la vie d’Alison à tout jamais

Les deux ravisseurs d'Alison Botha l'ont emmenée en périphérie de la ville de Port Arthur

Les deux hommes l’emmènent dans un endroit isolé à la périphérie de la ville avant de l’agresser brutalement. Alors que Clinton se gare, il lui dit que lui et son ami vont avoir des relations sexuelles avec Alison. Cette dernière est absolument affolée. Les prochaines minutes vont être absolument épouvantable pour la jeune Sud-Africaine. Les deux hommes la violent brutalement tout en la frappant à de multiples reprises.

Alors qu’elle agonise, l’un d’entre eux se munit d’un couteau et l’éventre. Alison, qui est plongée dans une souffrance absolue, entend alors l’un des deux hommes dire « tu crois qu’elle est morte ? ». Quelques secondes plus tard, les ravisseurs d’Alison décident de lui trancher la gorge si profondément qu’elle est presque décapitée. Les deux criminels quittent les lieux.

Ce ne sera pas sa dernière soirée

Malgré ses horribles blessures, Alison est toujours en vie et parvient à écrire les noms de ses agresseurs dans la terre ainsi que « I love mom » (J’aime maman). Faisant montre d’un courage et d’une volonté de vivre exceptionnels, Alison se relève et se sert de ses mains pour maintenir ses intestins et sa tête avant de se diriger péniblement vers la route la plus proche. Elle est finalement aperçue par un passant qui contacte automatiquement les secours. Alison est transportée d’urgence à l’hôpital où les médecins sont stupéfaits par ses blessures. Résiliente et accrochée à la vie, Alison survit à ses terribles blessures.

Frans du Toit et Theuns Kruger ont violemment agressé Alison Botha en 1994 e Afrique du Sud

Les deux criminels, Frans du Toit et Theuns Kruger, sont arrêtés en décembre 1994 puis condamnés à la prison à vie. Ils avaient déjà été arrêtés à deux reprises pour deux accusations de viol et étaient en liberté sous caution lorsqu’ils ont tenté d’assassiner Alison. Cependant, en juillet 2023, ils ont été remis en liberté conditionnelle après avoir passé 28 ans derrière les barreaux. Cela a attisé la colère et la frustration de milliers de personnes à travers l’Afrique du Sud. Après l’agression, la police s’est rendue à l’hôpital et a montré un dossier de photos à Alison. Elle a immédiatement désigné les photos de du Toit et Kruger.

Alison la résiliente

Alison est un film documentaire de 2016 qui raconte l'histoire d'Alison Botha

Le miracle ne s’arrête pas là. Dans les années qui suivent, Alison devient l’avocate des victimes d’agressions sexuelles, se battant sans relâche pour la sécurité des femmes. L’histoire de son incroyable volonté de vivre a depuis fait l’objet d’un film, sobrement intitulé Alison, et a été largement couverte par les médias. Alison tient désormais des conférences dans le monde entier lors desquelles elle expose son calvaire et rappelle les dangers auxquels les femmes de toutes cultures sont exposées.

Le livre d'Alison Botha I have life raconte son calvaire

Alison vit toujours à Porto Arthur avec son mari et ses enfants. Alison Botha est également co-auteure d’un livre intitulé « I Have Life : Le Voyage d’Alison » avec Marianne Thamm qui est journaliste, auteure et comédienne de stand-up. Le livre raconte l’histoire de l’enlèvement d’Alison, de son viol et de son agression presque fatale à l’arme blanche, ainsi que sa remarquable survie et son rétablissement. Le livre est décrit comme profondément dérangeant mais finalement inspirant. Il a été bien accueilli par les lecteurs. Une nouvelle édition du livre a été publiée en juin 2019, qui comprend un chapitre supplémentaire rédigé par Alison Botha.

Le film Alison est disponible sur Amazon Prime Vidéo.

***

Le cas d’Alison Botha est un exemple incroyable de courage et de résilience face à l’adversité. Après avoir été enlevée, violée, poignardée et laissée pour morte, elle a réussi à survivre grâce à sa détermination et à sa volonté de vivre. D’ailleurs, elle a remporté plusieurs prix pour son exceptionnel courage. Aujourd’hui, elle est considérée comme l’une des conférencières les plus inspirantes au monde. Bien que l’attaque ait laissé des cicatrices indélébiles, Alison a réussi à trouver la force de continuer et a même fondé une famille. Son histoire est un témoignage de la force de la nature humaine et de la capacité de l’esprit à surmonter les pires épreuves.

Pour aller plus loin

  • Alison Botha | Côté Sombre, podcast, 6 octobre 2022
  • Alison | IMDb, critique du film documentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *