Crimes,  France

Barrie Taylor, l’excentrique Américaine qui a tué sans pitié sa rivale en France

La cour du château à Versailles

En 2009, Barrie Taylor a été condamnée à vingt ans de prison par un tribunal français. Il aura fallu seize ans à la justice française pour mettre derrière les barreaux cette criminelle américaine qui avait mis fin à la vie de sa rivale en 1993, sur le territoire français. Seize ans à jouer au chat et à la souris avec une femme sournoise que la justice française a finalement punie.

Septembre 1993. Le destin d’une famille bouleversé

28 septembre 1993. Versailles, France. La police française frappe à la porte d’une belle maison de la célèbre ville royale française. Une femme en sueur, armée d’une pelle, ouvre la porte. Il s’agit de Barrie Taylor, une Américaine connue pour être quelque peu provocante et excentrique. Les enquêteurs sont à la recherche de Roxane Pavageau. Et leur recherche s’arrêtera à quelques mètres de cette porte d’entrée.

Le domicile de Barrie Taylor chez Philippe Pavageau
Barrie Taylor a été arrêtée en septembre 1993, à Versailles

Quelques mètres plus loin, la police s’intéresse à un endroit précis du jardin où un trou a été creusé. Le corps de Roxane Pavageau sera retrouvé dans deux sacs poubelles dans l’escalier menant du jardin à la cave quelques minutes plus tard. Son visage avait reçu une vingtaine de coups. Roxane était l’ex-femme de Philippe Pavageau, qui avait une liaison avec Barrie. Les enfants de Roxane cherchaient leur mère depuis deux jours.

Une meurtrière difficile à gérer

Photo en noir et blanc de Barrie Taylor
Barrie Taylor

Roxane Pavageau, elle-même d’origine américaine, était une enseignante de 53 ans au lycée international de Saint Germain en Laye, à quelques kilomètres de Versailles. Barrie Taylor s’est révélée être une coupable particulièrement difficile à gérer pour les autorités françaises. L’Américaine, qui se présente comme avocate, semble avoir une mémoire très aléatoire. Elle a fait des études de droit mais n’est jamais devenue avocate. Les enquêteurs se demandent même si elle ne s’est pas livrée à la prostitution depuis son arrivée en France deux ans plus tôt

L’accusée invoque la légitime défense, car Roxane Pavageau était arrivée chez elle en furie et l’avait menacée avec un marteau. Taylor déclare avoir saisi le marteau et frappé Pavageau. Étonnamment, elle a frappé Pavageau de vingt coups, ce qui semble extrême. De plus, les preuves médico-légales montrent que Roxane Pavageau était en position assise lorsqu’elle a été assaillie. Barrie Taylor est incapable de dire ce qu’elle a fait du marteau qui n’a jamais été retrouvé à ce jour. La police a entre-temps mis en évidence des taches de sang dans le salon, prouvant que l’attaque de Taylor sur Pavageau était offensive.

Photo en noir et blanc de Roxane Pavageau
Roxane Pavageau était mère de 3 enfants

Elle est incarcérée dans l’attente d’une enquête et d’un procès. La justice française étant d’une lenteur inégalable, elle doit attendre 1998 pour être jugée. Son avocat obtient sa libération quelques mois en préambule du procès, car Taylor ne pèse plus que 36 kg pour 1,64 m. Son passeport est confisqué, mais elle se précipite à l’ambassade américaine, affirmant qu’elle l’a perdu et qu’elle souhaite en obtenir un autre pour poursuivre l’État français. Les autorités américaines délivrent un nouveau passeport.

En décembre 1998, elle s’envole pour Los Angeles, où elle dénonce dans les médias l’anti-américanisme du juge d’instruction, les abus qu’elle a subis en prison et de la part de la police française. Elle va jusqu’à dire que le juge a refusé de lui serrer la main parce qu’elle est américaine. L’enquête prouvera que ces allégations sont fausses. L’enquête démontre également que Roxane Pavageau était une femme discrète, très bien intégrée dans la société française et très paisible malgré la liaison de son futur ex-mari avec sa compatriote.

Une longue procédure d’extradition

La France ayant signé un traité d’extradition avec les Etats-Unis, les autorités judiciaires françaises entament une procédure avec les autorités américaines. En juin 2000, Barrie Taylor est condamnée à 30 ans de prison par contumace par un tribunal français.

Malgré l’oreille attentive des médias américains, Barrie Taylor a oublié qu’elle est accusée par la justice française d’avoir tué une autre Américaine sur le territoire hexagonal. C’est ce qui finit par convaincre les autorités américaines de l’extrader. En 2007, Barrie Taylor est mise dans un avion pour Paris après avoir purgé une peine dans une prison californienne de novembre 2003 à octobre 2007. A son arrivée sur le sol français, elle est transférée en prison.

Une femme provocante et sans pitié

Vue de la prison de Fleury Mérogis
Barrie Taylor a été incarcérée à la prison de Fleury Mérogis

Barrie Taylor et son avocat décident alors de faire appel de la peine de trente ans d’emprisonnement prononcée par contumace. Un nouveau procès a lieu en avril 2008 et la peine de Barrie Taylor est réduite à 18 ans d’emprisonnement. L’Américaine décide de faire appel. Son avocat plaide l’impossibilité pour cette femme mince et de petite taille de tuer seule Roxane Pavageau: D’ailleurs, Taylor affirme être amnésique concernant les deux jours s’étant écoulés entre le meurtre et l’arrivée de la police mandatée par les trois enfants de Roxane et Philippe Pavageau.

Cela ne suffit pas à convaincre la cour et la peine de Barrie Taylor est portée à vingt ans d’emprisonnement. L’absence de regret de l’accusée et son attitude provocatrice et excentrique sont sanctionnées par la cour. Incarcérée entre octobre 1993 et mai 1998 en France, entre novembre 2003 et octobre 2007 aux Etats-Unis et à partir de novembre 2007 à Paris, Barrie Taylor es libérée en 2012 grâce à des remises de peine. Elle vit aujourd’hui en Californie.

___________________________________

L’affaire Barrie Taylor – Roxane Pavageau est une histoire tragique d’amour, de trahison et de meurtre. L’affaire a fait l’objet de nombreux débats publics, certains estimant que Taylor a été injustement traitée par le système judiciaire français, tandis que d’autres pensent que justice a été rendue. Je pense personnellement que justice a été rendue.

Pour aller plus loin

Lire l’article en anglais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *